Carte prépayée : quelles différences avec une « vraie » carte bancaire ?


Carte prépayée : quelles différences avec une « vraie » carte bancaire ?
Carte prépayée : quelles différences avec une « vraie » carte bancaire ?

Avec l’apparition des néobanques, vous êtes de plus en plus nombreux à détenir des cartes bancaires dites « prépayées ». Qu’est-ce qui les différencient des cartes de débit traditionnelles ? Et quelles sont leurs limites en termes d’usage ?

C’est une petite mention, souvent intégrée discrètement au design de la carte : depuis juin 2016, et l’entrée en vigueur d’un règlement sur le sujet, toutes les cartes bancaires émises en Europe doivent préciser si elles sont de « débit », de « crédit » ou « prepaid », pour prépayée.


La distinction entre une carte de débit et un carte de crédit est assez simple à saisir : les opérations passées avec les premières sont débitées du compte au fil de l’eau ; celles payées avec les secondes le sont de manière différée, avec intérêts (dans le cas de cartes liées à un crédit renouvelable) ou sans (pour les cartes à débit différé).





Quelle est en revanche la spécificité des cartes prépayées, émises notamment par certaines néobanques ? Et quelles contraintes peuvent-elles entrainer au quotidien pour leurs détenteurs ?


Qu’est-ce qu’une carte prépayée ?

Le règlement européen de juin 2016 la définit ainsi : il s’agit d’une carte « permettant de disposer d’une somme d’argent limitée ». Pour simplifier, on pourrait parler de carte bancaire sans banque, dans la mesure où elles ne débitent pas un compte bancaire à part entière, mais un simple compte de paiement, avec contrôle de solde systématique et impossibilité de passer dans le rouge. Pour autant, il s’agit d’une « vraie » carte de paiement.


Les cartes cadeaux universelles distribuées par certaines enseignes commerciales ou encore les cartes rechargeables accessibles en bureaux de tabac, en grandes surfaces ou sur internet sont ainsi des cartes prépayées. Mais certaines néobanques en distribuent également : citons par exemple Revolut et Lydia.


CLIQUEZ ICI