Prêt professionnel / Crédit pro / Crédit entreprise

Les professionnels ont des besoins particuliers, notamment en terme de financement professionnel. C’est pourquoi un prêt spécial leur est adressé. Il s’agit du prêt professionnel. Celui-ci entend répondre à certains des besoins prioritaires des entreprises. Il recouvre en réalité essentiellement trois types de prêts distincts que sont les crédits classiques, l’affacturage ou encore le Leasing.


Qu’est ce que le prêt professionnel ?

Encore appelé crédit entreprise, le prêt professionnel ne s’adresse qu’aux professionnels reconnus comme tel. En effet, seuls les professions libérales, les artisans, les commerçants, les agriculteurs ou encore les associations et les TPE (très petites entreprises) peuvent disposer des avantages des prêt professionnels.


Par professions libérales, là encore, il faut entendre les médecins, avocats, sages-femmes, infirmiers, dentistes, notaires, huissiers, géomètres, pharmaciens, kinésithérapeutes, pédicures-podologues ou encore les architectes, experts comptables, opticiens, orthophonistes, ostéopathes, puéricultrices et vétérinaires, ...


Pourquoi le prêt professionnel ?

Bien souvent, le prêt à vocation à financer des besoins propres aux professionnels et aux entreprises. Ces besoins diffèrent largement des besoins des particuliers, notamment de part les montants qu’ils impliquent.


Ainsi, les professionnels pourront contracter un prêt professionnel pour financer des besoins d’équipements, des besoins immobiliers ou encore des besoins en trésorerie.


Les besoins en équipements sont à entendre comme les besoins en matériels sans lesquels le professionnel ne peut exercer son activité dans des conditions satisfaisantes.


Pour les besoins immobiliers, il s’agit là aussi des besoins en immeuble auquel doit répondre le professionnel. L’exemple typique est le cabinet du médecin par exemple. Mais il peut aussi s’agir de l’entrepôt d’une TPE.


Enfin, les besoins en trésorerie correspondent aux besoins financiers nécessaire à l’activité de l’entreprise. Il s’agit bien évidemment d’assurer un fond de roulement par exemple, ou alors de financer une augmentation de capital, une acquisition de part sociale…


Les différents types de financement professionnel

Regroupés derrière un terme unique, coexistent plusieurs types de prêt distinct. Le prêt professionnel recouvre en effet autant le crédit professionnel bancaire que l’affacturage ou encore le Leasing.


Le crédit bancaire professionnel

Le crédit professionnel correspond à la même réalité que le crédit souscrit par les particuliers. Il existe cependant des conditions plus ou moins avantageuses.


Ainsi, le professionnel devra fournir un apport personnel de plus de 20 % lors de la souscription au crédit professionnel, notamment s'il s'agit d'une création d'entreprise ou d'une reprise


Le crédit court terme recouvre aussi des réalités diverses comme la facilité de caisse ou le découvert qui permettent d’assurer un fond de roulement à l’entreprise et favorise sa flexibilité sur une courte période.


L’affacturage encore appelé factoring et le financement des factures

L’affacturage est une solution plus rare bien qu’elle permette aux professionnels concernés une grande flexibilité et un apport monétaire immédiat.


Dans le cadre de l’affacturage, le professionnel confie à un société tierce, la société d’affacturage (aussi appelée le factor), la gestion de son compte client en échange d’une certaine somme.


Ainsi, le professionnel dispose de deux avantages. Non seulement il reçoit dans l’immédiat un gain de trésorerie, mais aussi et surtout il voit son compte client gérée par une entreprise spécialisée, lui permettant alors de se dégager du temps afin de développer d’autres activités.


Le leasing

Dans le milieu de la concession automobile auprès des particuliers, le Leasing a effectué une entrée remarquée. Pour les professionnels, le principe est plus ancien.


L’objectif du Leasing est de permettre au professionnel concerné de jouir de l’utilisation d’un équipement donné auquel il n’aura pas pu avoir accès en raison d’un coût trop élevé. Un organisme financier se porte alors acquéreur en lieu et place de l'entreprise et lui accorde l’utilisation de l’équipement en échange d’une redevance.


En fin de contrat, le professionnel dispose de deux choix. Ou il cède l’utilisation de l’équipement et ne l’acquiert pas. A charge alors à l’organisme financier de le revendre. Ou il se porte acquéreur et devient propriétaire de l’équipement en échange du paiement de la valeur résiduelle.


Les avantages sont nombreux. Notamment, le professionnel n’a pas à être propriétaire pour jouir de l’utilisation du véhicule. Mais aussi, il n’a pas à faire face au charge qu’implique le fait d’être propriétaire. Il n’est responsable que des frais d’entretiens de l’équipement.




© 2020 By CA Crédit. Tous droits réservés

Numéro spécial*
ORIAS
Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager
Avis clients verifiés Trustpilot